ÉPI DE FAÎTAGE EN QUERCY


L’épi de faîtage, en Quercy, est extrêmement répandu, 40% des toits en sont nantis.

On le retrouve sur tous les types de construction rurale : gariottes, citernes couvertes, granges, pigeonniers, porches, maisons de brassiers, maisons bourgeoises, constructions anciennes et récentes.


Les matières utilisées pour leur fabrication sont la pierre, la terre cuite et le métal. Mais dans certains cas, l’épi se résume à un objet de réemploi (cafetière par exemple).


A la pierre ou à la terre cuite, peut-être associé le métal sous-forme de girouette par exemple.


Selon, le type d’épi de faîtage, il peut avoir une fonction utile dans la finition de la charpente ou alors prendre une dimension essentiellement symbolique.




Son rôle utilitaire est constaté dans le cas de la oule renversée qui a pour fonction l’étanchéité du poinçon de charpente.






Dans le même principe de la oule renversée, on peut observer des éléments tels que des casseroles, des brocs, des cafetières, des pots de fleurs, etc…




La pierre quillée est à l’origine un simple bloc à peine dégrossi ou mis en forme simple. Elle devient une pierre taillée de façon élaborée à travers le temps. 

Très souvent cet épi symbolique utilise la boule et la pointe.












La dimension symbolique de l’épi est observée dans le cas de la pierre quillée, car elle ne semble n’avoir aucune utilité pratique.




L’épi symbolique, à l’origine, relève de rites païens. Il protège la maison de la foudre ou du diable par exemple.

Parfois, on y dispose de petite fiole d’eau de vie, des bouquets d’herbes de la Saint-Jean, ou avec la christianisation, une bouteille d’eau bénite.


L’épi correspond également à un rite d’achèvement de la construction.



L’épi symbolique se révèle sous forme ornementale :











Utilitaire  avec les girouettes ou les enseignes...







Symbolique : les oiseaux, les croix, les figurations…



(Source et photos : Epi de faîtage en Quercy : technique et symbolisme – OBEREINER J-L)